Type d'article
Brève

Colloque QPES : (S')engager et pouvoir (d')agir

Cette année, la réflexion se pose autour de la réponse de l'Enseignement Supérieur face aux défis des transformations de nos sociétés ; à travers la notion d'environnement capacitant et de pouvoir d'agir.

Le SUP a participé du 17 au 20 janvier 2022 au colloque QPES (Questions de Pédagogie dans l'Enseignement Supérieur) organisé par La Rochelle Université et le CESI (Campus d'Enseignement Supérieur et de Formation Professionnelle).

360 professionnels de l'Enseignement Supérieur et de la pédagogie se sont inscrits à cet événement, qui a eu lieu exclusivement en ligne. Le colloque QPES créé en 2001, se déroule tous les deux ans (soit 11 éditions depuis sa création), autour de différentes thématiques que vous retrouverez sur cet historique.

Une semaine riche en réflexions, interactions, développement et innovation pour nos ingénieures pédagogiques ! Maëlle Crosse, arrivée en janvier en tant qu'ingénieure de recherche dans le service, a participé à l'organisation de cet événement, dans le cadre de son ancien poste de Directrice du SUP de La Rochelle Université.

Voici l'extrait de son introduction du 17 janvier 2022, qui a ouvert ce QPES 2021 (reporté en 2022) :

Un mot pour démarrer sur la thématique du colloque que nous avons intitulé « S’engager et Pouvoir d’agir : ouvrir l’espace des possibles dans l’Enseignement Supérieur »

Au moment où nous avons commencé à nous questionner sur la thématique du colloque, le COVID n’existait pas encore. Nous interrogions alors la capacité du système d’Enseignement Supérieur à répondre aux défis suscités par les évolutions rapides que connaissent nos sociétés, sous l’angle de la capacitation. En appui sur le concept d’« environnements capacitants » que Solveig Fernagu nous explicitera demain, il s’agissait de s’intéresser aux conditions qui pouvaient favoriser l’engagement des acteurs de l’Enseignement Supérieur pour développer les savoirs, les compétences, les modalités de coopération, nécessaires pour relever ces défis sociétaux. Aujourd'hui, alors que nous faisons l’expérience du COVID, la question est certainement d’autant plus cruciale : en effet, comment, dans cet environnement qui présente des défis inédits, permettre à chacun et chacune de développer ses dispositions à apprendre et son pouvoir d’agir ?

Nous proposons, à travers cette 11e édition du QPES, d’étudier cette problématique sous une diversité d’approches  :

  • Tout d’abord l’interview d’Isabelle Autissier de cet après-midi sera l’occasion de faire un pas de côté quant à la question de l’engagement et du pouvoir d'agir à travers notamment son expérience de navigatrice
  • Ensuite, la conférence de Solveig Fernagu de mardi permettra de nous éclairer d’un point de vue théorique sur les environnements capacitants et d’interroger le système d’enseignement supérieur sous cet angle de la capacitation
  • Jeudi, la table ronde étudiante nous invitera à considérer la question de l’engagement et du pouvoir d'agir du point de vue de ces acteurs
  • Enfin les sessions de discussion et les ateliers nous permettront d’enrichir nos réflexions sur la thématique du pouvoir d'agir à partir d’activités de mises en pratique, d’analyses et de point de vue issus du terrain

Définitions : environnement capacitant et pouvoir d'agir -
extrait de l'appel à communications pour QPES 2021 :

Il s'agit d'environnements offrant les conditions propices à ce que chacun développe ses dispositions à apprendre (construction de nouveaux savoirs et de nouvelles compétences), et son pouvoir d’agir (développement des possibilités d’action et du degré de contrôle sur ce qui est considéré comme valable).
Il s’agit alors d’interroger les pratiques d’enseignement, d’apprentissage, d’accompagnement, au prisme des dimensions sociales, techniques, organisationnelles, etc. favorables à l’engagement et au développement du pouvoir d’agir des acteurs de l’enseignement supérieur.

Nous proposons d’aborder cette question du développement du pouvoir d’agir individuel, collectif et institutionnel, à travers toutes formes de dispositifs pédagogiques et d’accompagnement visant à favoriser :

  • l’engagement et les possibilités d’action des individus et des collectifs pour agir sur leur environnement : ex. développement durable, engagement citoyen, etc.
  • une vision décloisonnée de la formation pour élargir le champ d’action des individus, des collectifs et des institutions : ex. approches interdisciplinaires favorisant la résolution de problématiques complexes, mise en relation d’acteurs de la formation et du monde socio-économique, dispositifs de formation qui s’inspirent d’approches artistiques, sportives, etc.
  • l’engagement et les possibilités d’action des individus dans la formation, à travers des espaces d’apprentissage physiques et virtuels dédiés : ex. analyse de dispositifs mis en place dans le cadre de la continuité pédagogique, dispositifs de formation en lien avec les salles d’apprentissage actif, etc.
  • l’inclusion et l’accomplissement de soi, à travers la prise en compte de la diversité des profils d’apprenants : ex. dispositifs facilitant la transition secondaire-supérieur, dispositifs d’apprentissage personnalisés et de flexibilisation de la formation tels que les modalités d’enseignement hybrides ou co-modales, etc.
  • l’engagement des acteurs (enseignants, accompagnateurs pédagogiques, etc.) dans leur développement professionnel pour ouvrir le champ des possibilités dans une perspective de développement des pratiques pédagogiques : ex. communautés de pratiques, analyses de pratiques, démarche SoTL, etc.
  • les politiques et stratégies éducatives au service de la transformation des sociétés et de la réponse aux défis contemporains : ex. mise en place de dispositifs qui favorisent l’organisation du travail en équipe pédagogique ou le développement du leadership pédagogique ; qui participent de la reconnaissance et de la valorisation de l’activité d’enseignement, etc.

Le retour d'expérience des ingénieures pédagogiques du SUP :

Elsa :

Atelier - La puissance du collectif au service de la transformation. Expérimentation d'outils pédagogiques : le théâtre-forum et l'étoile du changement - Marina CASELLA. L’étoile du changement est une activité d’exploration des possibles autour d’un enjeu ou d’une démarche, ou encore une activité de synthèse des propositions en direction du changement escompté. Elle permet de mettre en lumière l’étendue des idées à creuser ou faire le point sur les réflexions et d’éclairer le chemin sur ce qui doit être mis en œuvre concrètement pour avancer. (extrait de la fiche descriptive)

Maryline :

Table Ronde - L’'engagement étudiant avec Léo-Onam Otieno, La Rochelle Université ; Kenza Derki, Université de Limoges ; Hema Holgado, Université de Sherbrooke ; Maëlle M'Bengue, La Rochelle Université ; Matthieu Buisson, La Rochelle Université ; Clémence Riant, IMT Atlantique

La table ronde étudiante a constitué un temps fort du colloque QPES avec beaucoup de sincérité, sensibilité et esprit d’ouverture. La parole était donnée à six étudiants et étudiantes en charge de différentes responsabilités au sein des structures associatives de leurs établissements supérieurs (Limoges, La Rochelle, Sherbrooke). Le thème de “l'engagement étudiant”a été questionné sous diverses formes (micro-trottoir, témoignages de vice-présidents, de membres d’associations étudiantes, et d’un tuteur au sein de sa formation…). La vision étudiante de l’engagement apparaît avant tout comme une action collective, auprès des autres (action solidaire, humanitaire). Ils perçoivent l’engagement comme une façon de « se sentir capable de », une possibilité de développer de multiples compétences parfois insoupçonnées (gestion de crises, annulation d'événement, gestion du budget). Pour eux, l’acquisition de ces compétences peut favoriser leur entrée dans le marché du travail, l’accomplissement de soi, redonner du sens à leur vie personnelle et universitaire ainsi qu’ à interagir avec les autres. Ils souhaiteraient une meilleure reconnaissance de l’institution pour leur investissement et temps passé. Au Canada, au sein de l’université de Sherbrooke, l’engagement étudiant est obligatoirement inclus dans le programme de formation. L’idée est de sortir du cadre universitaire et développer l’empathie et la créativité en s’engageant au sein du campus, association ou ONG extérieur au campus.. Autre point intéressant, l'importance du débat au Québec, les étudiants échangent entre pairs et avec leurs professeurs de manière régulière en cours, cela facilite leurs implications et leurs participations au développement du cours avec l’enseignant.

Ce qu'on retient des échanges, c’est que l’engagement leur permet de se dépasser au-delà du parcours universitaire. Les temps informels nourrissent leur parcours de vie et pour certains leur permettent de redéfinir leur projet professionnel. Afin de répondre aux défis que représentent les transformations de nos sociétés, il serait intéressant de se demander comment engager et motiver nos étudiants pour «agir ensemble» dans l’enseignement supérieur.

Lucile :

Intégrer des pratiques pédagogiques innovantes dans l’enseignement du supérieur par Klein Jacques-Olivier, Pigeonnat Yvan et Bibeau Jean.

3 dispositifs ont été présentés : L’immersion ou l’apprentissage par problèmes / Convaincre de la démarche par compétences / La pédagogie de l’expérientiel. 3 exemples variés qui montraient de manière pragmatique des évolutions de postures comme d’outils à disposition de l’apprentissage tant en présentiel qu’en distanciel. 

Marylou :

Atelier - “Hybrider son cours : quels choix pour quels effets ?” - Nolwenn QUERE-SHERBOURNE;  Thomas PETIT - La Rochelle Université

L’objectif de l’atelier était dans un premier temps de créer une synergie dans le groupe en séance plénière, grâce à une activité de brainstorming réalisée sur la plateforme Wooclap. Cette première activité visait à réfléchir de manière commune sur la question des nouveaux environnements technopédagogiques. Dans un second temps, les participants ont été divisés en sous-groupes et ont travaillé de manière collaborative sur 3 thématiques différentes (2 groupes par thématique), toutes liées à l’hybridation, en utilisant la plateforme Mural. Une restitution des travaux de chaque groupe a ensuite été effectuée dans le but  de créer une fiche de synthèse portant sur les étapes de réflexion liés à la conception d’une formation hybride.

Atelier “Pensée visuelle : le dessin comme outil de communication pédagogique” - Marie DEMOULIN; Benoit RAUCENT - Université Catholique de Louvain

Cet atelier, très ludique, visait à initier les participants aux méthodes de sketchnoting et de communication visuelle. L’objectif de cet exercice est de présenter ses idées sur un thème donné, de manière simple, rapide et efficace. Les participants ont d’abord été invités à se dessiner eux même en quelques minutes, en incluant un signe distinctif représentant leurs professions. Les animateurs ont guidé les participants grâce à quelques conseils (écrire en majuscule, utiliser des couleurs, éviter le jargon et les acronymes, apporter des éléments contextuels…). Les réalisations ont ensuite été publiées sur l’outil Padlet et les participants ont dû deviner le métier de leurs pairs. Dans un second temps, les animateurs ont affiché une slide provenant de la conférence de Solveig FERNAGU, diffusée la veille, portant sur les environnements capacitants et la liberté des choix. Les participants avaient pour mission de restituer les éléments énoncés dans cette slide de manière visuelle. Il en est ressorti que chaque personne crée une métaphore différente en s’exprimant de manière visuelle. Plusieurs outils ont été conseillés aux participants pour continuer à s’exercer après l’atelier, dont un dictionnaire des pictogrammes, très pratique pour apprendre le “langage visuel”’ et se faire comprendre de tous !

Un atelier qui donne envie d’explorer l’univers de la communication visuelle et de l’expérimenter dans nos pratiques pédagogiques !

Caroline :

Atelier - L’écriture réflexive : le pouvoir d’agir du portfolio ? - MARIE ELISABETH LUCCHESI et VIOLAINE CHARIL

L’atelier portait sur une présentation de la démarche portfolio et de l’organisation de formations proposées dans deux IUT (Brest, La Rochelle). Un focus a été fait sur le scénario pédagogique, le découpage des différentes séances de formation. L’écriture réflexive a été présentée comme une méthode de prise de recul, d’analyse du parcours de l’étudiant, lui permettant d’identifier les compétences qu’il acquiert et développe dans des situations précises. Déjà bien sensibilisée à la démarche eportfolio et à l’écriture réflexive, j’ai apprécié que cet atelier nous plonge sur le terrain, dans les classes pour suivre pas à pas les temps pédagogiques proposés. Je repars avec de nouvelles idées de scénarisation à proposer aux enseignants sur la démarche eportfolio. Merci aux intervenantes et à QPES !

Asli :

Participation à l’atelier “jeu conçois” : initiation à la conception de formations par le jeu.
Un atelier conçu et proposé par Aline Polge, Claire Puntelli et Guillaume Cario,  ingénieurs pédagogiques et techno-pédagogique de l'École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP) le jeudi 20 janvier 2022. 

L’atelier “jeu conçois” s’est déroulé en distanciel à cause du contexte sanitaire lié au Covid-19, un premier essai pour l’équipe pédagogique de mettre en place ce jeu sérieux en visio. Malgré ce contexte et cette modalité, le jeu a été mis en place avec succès. Le jeu sérieux “jeu conçois” a pour but de confronter la théorie et la pratique d’un processus de création d'un environnement d'apprentissage en priorisant les différents éléments liés à la conception et aux étapes de conception, tout en prenant en compte les leviers et freins de la conception d’un environnement d’apprentissage. 

Lorsque nous devons concevoir un projet de formation à partir d’une commande, quel est l’élément dont nous aurons besoin en premier ? C’est le défi que nous avons dû affronter en deux sous-groupes lors de cet atelier. En priorisant et découvrant au fur et à mesure les éléments tels que le budget, le matériel, l’équipe, et la durée dont nous disposons, nous devions concevoir une action de formation en 50 minutes avec une restitution en 180 secondes afin d’expliquer notre processus de création et les choix pédagogiques que nous avions faits. Challenge relevé ! Encore un grand merci aux organisateurs du colloque QPES  et aux concepteurs de ce jeu sérieux qui nous a permis de relever le défi de créer un projet de formation en si peu de temps !

 


Références :

 

  • Arnoud J. et Falzon, P. (2013). Changement organisationnel et reconception de l’organisation : des ressources aux capabilités. Activités, 10(2). https:// doi.org/10.4000/activites.760.
  • Fernagu, S. (2012). Chapitre 14. Favoriser un environnement « capacitant » dans les organisations. Dans : Étienne Bourgeois éd., Apprendre au travail (pp. 201-213). Paris cedex 14, France : Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bourg.2012.01.0201.
  • Vallerie, B. & Le Bossé, Y. (2006). Le développement du pouvoir d'agir (empowerment) des personnes et des collectivités : de son expérimentation à son enseignement. Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, vol. 39(3), 87-100. doi:10.3917/lsdle.393.0087.
Image
QPES
Légende

Découvrez le programme détaillé de la semaine QPES ! (image cliquable)

Mots clés